25 ans

dsc07273

 

 

Un quart de siècle. Que dire à part que le temps passe trop vite ? Je ne suis pas triste, peut être un peu nostalgique. Mais je suis heureuse d’être à 25 ans entourée de personnes formidables qui font que la vie a un sens. Je suis reconnaissante d’avoir eu tous ces moments de bonheur. Et impatiente de découvrir ce qui va m’arriver à l’avenir…

 

Aujourd’hui c’est l’heure du bilan. J’ai tourné un peu la tête vers ces 5 dernières années et je me suis rendue compte que beaucoup de choses ont changé. Et c’est sacrément chouette 🙂

 

Je me suis affirmée

 

La petite fille qui disait toujours oui par peur de blesser les autres, par convenance ou par manque d’autorité n’est plus là. A présent, je sais dire non quand cela me pose problème. Je dis les choses même quand elles ne plaisent pas. Tout simplement parce que ruminer et garder tout à l’intérieur n’est pas une solution. C’est libérateur et ce n’est pas pour autant que les gens ont arrêté de me parler 😉

 

Je sais ce que je veux faire quand je serai grande

 

Ces 5 dernières années m’ont appris à cerner ce qui me plait dans mon travail, ce qui ne me convient pas. Travailler toujours sous la pression n’est pas pour moi. J’ai besoin d’un peu de temps pour analyser les choses et faire bien mon travail. Le contact humain est primordial pour moi. J’ai besoin d’échanges. Alors quand je serai grande, je serai conseillère sociale.

 

J’ai passé mon permis de conduire

 

Eh oui, je n’ai pas eu mon permis à 18 ans comme toutes mes amies, j’avais bien trop peur de conduire. En 2014, je me suis lancée et je l’ai eu en juin. Une sacrée victoire pour moi qui suis une personne qui a la trouille des examens. ( je vous raconte pas l’examen du BTS l’année prochaine  😀 )

 

J’ai fini mon roman

 

Même si je ne suis pas encore publiée, j’ai terminé mon roman. C’est très rare que j’aille jusqu’au bout d’un projet, j’ai la fâcheuse manie de trop m’éparpiller. Cette histoire me tenait à cœur et j’ai pris un vrai plaisir à l’écrire, à la retravailler et à mettre le point final. Je suis fière d’être allée jusqu’au bout. 🙂

 

Je suis devenue plus autonome

 

Grâce à ma voiture, je vais où je veux, quand je veux et sans besoin de personne. C’est une grande liberté que je n’avais pas jusqu’en 2014. Et c’est génial d’être libre de mes mouvements. Quand je veux faire quelque chose, je le fais. Je m’assume.  J’ai un salaire. Je crois qu’on emploie un mot pour définir cette phase: l’âge adulte. 

 

J’ai fait de belles rencontres en amitié

 

C’est un point très important pour moi. L’amitié est essentielle, un pilier important dans ma vie. Les amis c’est une deuxième famille, celle qu’on s’est choisi. Ils sont toujours là pour nous, ils nous font rire, ils nous font voir d’autres horizons, découvrir de nouvelles choses, ils nous font nous dépasser, révèlent le meilleur de nous. Et après une dispute, ils sont toujours là. Fidèles et loyaux. Alors merci L, F et S de faire partir de ceux là ❤

 

Je suis devenue plus forte

 

J’ai des moments de faiblesse comme tout le monde. C’est humain. Mais je résiste, je me dis que ça va aller, après la pluie vient le beau temps. Que les mauvaises choses ne sont pas là pour toujours. Je suis en vie. Je ne suis pas seule pas. Alors oui ça va bien se passer.

 

Je suis plus attentive à moi même

 

S’écouter soi, c’est une chose que j’ai appris durant ces dernières années. Écouter son corps, ses besoins. Écouter ce dont on a envie, ses désirs et ses rêves. C’est fini, je ne m’oublierai plus. Il faut être bien soi même pour pouvoir s’occuper des autres. Si on ne prend pas soin de nous, personne ne le fera à notre place. Alors oui, soyons un peu égoïstes et pensons à nous. Être ainsi ne m’empêche pas d’être une bonne compagne, amie, sœur, fille…

 

Je me suis mise au yoga ( et au sport en général )

 

Un autre changement dans ma vie. Je me bouge. C’est un grand pas pour une pro du canapé/livre que je suis 😉 J’ai encore beaucoup de chemin à faire pour être une accro du sport mais ça ne m’horripile plus et c’est déjà bien ! Le yoga a été une révélation, c’est un vrai remède anti stress qui permet de se poser ici et maintenant et de faire justement attention à soi.

 

Je dis oui aux nouvelles choses

 

J’ose. Je prend sur moi et avant de dire tout de suite non par peur de l’inconnu, je prend le temps ( pas trop sinon je me dégonfle ) et si cela me tente bien, je dis oui. Et c’est très rare que je regrette mon choix, en général je passe des moments mémorables. La peur de l’inconnu ne doit plus être frein. 🙂

 

Je suis plus organisée

 

Avant, je ne notais jamais rien alors j’oubliais. Mémoire de poisson rouge. Maintenant, je fais des listes, des wishlists, des planning, je n’ai plus peur d’organiser un repas ou une semaine de vacances, je suis rodée.

 

J’aime

 

Chaque jour, je me rends compte que la vie est fragile, précieuse et qu’il ne faut pas la gâcher. Qu’il ne faut pas hésiter de dire ce qu’on ressent. D’en être conscient. Alors j’aime, avec mon cœur éléphant, mes bras ouverts pour un câlin et le sourire aux lèvres. ❤

 

 

Pix: Octobre 2016 . Barcelone avec Jules ❤
Lolli

 

 

 

Publicités

Le jour où j’ai repris mes études

cb80414b11bb8a75c4ed5b6c136edc30

 

 

Fin juin 2017. On parlait d’avenir, de métiers, de travail avec F. On peut être assistante d’éducation pendant 6 ans uniquement dans le public.  Alors après cette conversation sur mon avenir, je suis allée sur le site du CNED et j’ai cherché une formation qui pourrait m’intéresser. Je savais que je voulais travailler dans le social. De fil en aiguille, j’ai lu les infos sur le BTS ESF ( Économie, Social et Familial ), j’ai calculé le financement, j’ai lu les témoignages et après une dernière concertation avec Jules, j’ai envoyé le dossier d’inscription.

Depuis le 27 septembre, je suis étudiante. Qu’est ce que cela change ? Cela chamboule pas mal le quotidien. Comme vous le savez, le CNED est un organisme agréé par l’État qui propose des formations ( CAP, BTS … ), des remises à niveau et des préparations pour passer des concours, le tout à distance. J’ai dû m’organiser entre mon travail, mes cours et le reste c’est à dire ma maison, mon homme, mon cheval, ma vie sociale. Je bosse mes cours quand je ne travaille pas ou quand je surveille une classe calme en permanence. C’est un jonglage permanent qui entraine de la fatigue. Attention je ne regrette pas, je suis heureuse d’avoir un projet et d’avoir repris mes études. Seulement cela a des conséquences sur le quotidien. J’ai peur d’être en retard sur les autres, de ne pas rendre assez de contrôles, peur d’échouer parfois. C’est normal d’avoir peur. Mais j’y crois, je suis motivée et je fais tout pour que cela marche. J’ai un entourage merveilleux ❤

Je n’ai pas de clefs magiques pour réussir. Il faut avoir un entourage qui nous soutient, se faire un planning de travail et ne pas hésiter à poser des questions. Les réseaux sociaux et le forum du CNED répondent à pas mal de questions. Puis il faut avoir la foi et confiance en nous. Je pense que c’est le plus important. 🙂

 

Une nouvelle aventure …

 

 

Pix: prise sur Google Images
Lolli

Goodbye Octobre !!

 

 

Malgré les douces températures de ce mois écoulé, l’automne est bien là avec ses couleurs orangés. Une saison que j’affectionne particulièrement ❤ Petit bilan de ce mois passé trop vite, comme toujours 🙂

 

Les instants volés autour d’un burger maison avec ma mère. L’odeur des arbres fraîchement taillés, le silence en arrivant le soir du travail, la légèreté de Jules si rare ces derniers temps. Oser la frange, la couleur châtain foncé, prendre un chocolat chaud dans un bar et lire, savourer le dernier Gilles Legardinier, jouer à la pétanque sous le soleil, des parties de Cluedo, Trivial Poursuit et Eurêka endiablées. Écouter l’eau bouillir et humer les effluves émanant de la cuisine, sentir le gâteau qui cuit au four. Une soirée en amoureux, arpentant l’avenue commerciale en prenant le temps de souffler après une semaine chargée. Marseille avec S et son petit bout ❤ Travailler mes cours, établir un planning, surtout ne rien lâcher. Les couchers de soleil si beaux, si éphémères. Danser pour se défouler, relâcher la tension accumulée, pour vivre dans l’instant présent, avec les copines. Profiter de chaque moment avec mon cheval. Les pots pour célébrer la vie. Un rythme ralenti pendant les vacances qui fait du bien …

 

 

Pix: instas Octobre
Lolli

Vivre seule: ce que cela m’a appris

 

IMG_20170916_160945_417

 

En septembre, Jules est parti 8 jours en Corse pour le travail. Pour la première fois, j’ai vécu seule. Je n’appréhendais pas cette séparation, je n’attendais rien non plus. c’était juste une période à passer. Mais cela m’a apporté beaucoup plus que ce je pensais. J’ai appris des choses sur moi, j’ai eu une prise de conscience sur mon quotidien.

Pour ne pas être totalement seule, j’avais prévu de voir mes proches, je pense que j’avais un peu peur de m’ennuyer. Le 1er jour, après le travail, je suis allée chez mon amie Flo, nous avons discuté, mangé ensemble et dégusté des oursons en chocolat au cinéma. Rien d’extraordinaire a priori. Sauf que je ne sors jamais en semaine d’ordinaire. Secouer le coco et changer ses habitudes, cela fait un bien fou ! Le lendemain, quand je suis rentrée du travail, j’ai retrouvé le silence. Jules a pour habitude de mettre la télé en bruit de fond, d’appeler des clients, de jouer sur l’ordi. Il y a toujours du bruit dans la maison. Et là rien. C’était reposant. Très agréable.

Pendant une semaine, j’ai apprécié le silence. Je n’ai pas allumé la télé en mangeant par automatisme, j’ai regardé le programme et si rien ne me convenait, j’éteignais la télé. Pourquoi s’encombrer d’images inintéressantes ?

Pendant ces 8 jours, je me suis rendue compte que je n’aimais pas cuisiner pour une personne. J’ai trouvé cela assez déprimant. Cela m’a inspiré pour cet article sur l’amour de la cuisine.

Le plus important ? J’ai découvert que je me mettais des barrières, des limites par habitude ou parce qu’on m’a appris qu’il y a des règles pour tout. Alors que pas du tout. C’est ma vie et je suis assez grande pour faire ce qu’il me plait sans me soucier du regard des autres. Je prend un bain à 21h30 si je veux, je ne suis pas obligée de rester scotchée devant une série juste parce que tout le monde la regarde, si j’ai envie de me coucher tôt car je suis fatiguée je le fais et puis c’est tout. Et surtout, je me suffis à moi même. Jules est mon plus.

 

 

 

Pix: moment coloriage
Lolli

 

 

 

 

Différence d’âge

DSC04954

 

Je vais aborder une question que l’on me posait souvent au début à Jules et moi: la différence d’âge n’est elle pas un problème ? Car oui, Jules a plus de dix ans de plus que moi. Notre différence a surpris, même choqué. Il y a eu les curieux, les ravis pour moi, les mauvaises langues et des personnes vraiment méchantes.

L’âge n’est qu’un chiffre pour moi. Du moment que 2 personnes majeures s’aiment, quelle importance ? Au contraire, Jules est un moteur pour moi et un bon conseiller. Nous sommes complémentaires. Il m’aide sur des sujets que je ne maitrise pas complétement et j’apporte des idées neuves et un autre regard sur la vie. Nous échangeons et c’est très enrichissant. Nous ne sommes pas d’accord sur tout et alors ? Tous les couples ont leurs divergences. Si nous avons un souci nous essayons d’en parler. Nous avançons à notre rythme. C’est très bien ainsi. Pourquoi devrais-je être forcément avec quelqu’un de mon âge ? L’amour ne se commande pas. Si je m’imaginais être avec cette personne il y a 10 ans ? Absolument pas. La vie est faite de surprises, c’est très bien ainsi. Arrêtons de tout prévoir, de toute façon cela ne se passera jamais comme prévu.

Aimez. C’est le meilleur conseil que je peux vous donner. Aimez à votre manière, sans vous préoccuper des autres. Façonnez votre couple à votre image, pas celle qu’attendent les gens. Ils ne sont pas à votre place. Vous êtes unique.

 

 

 

 

Pix: Au bord de l’eau, Allos 2015 en amoureux
Lolli